> CHAPITRE 2 < LE SURVIVANT

ALL LANGUAGES 👇

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=389654636499918&id=100063661542082

Le reportage du TG1 sur la courte interview d’Alessio Bertrand a Ă©tĂ© diffusĂ©.

Le survivant a pris place dans un fauteuil en cuir noir, les deux coudes reposant sur les accoudoirs. Elle portait un pull Ă  col rond sombre qui correspondait au masque noir sur son visage. Les yeux ternes de Bertrand Ă©taient tournĂ©s vers le journaliste qui l’interviewait. La tĂŞte, presque complètement chauve et brillante, de l’ancien hub Ă©tait en harmonie avec l’environnement lumineux mais terne et minimal de la pièce : une plante d’environ un mètre et demi de haut, peut-ĂŞtre rĂ©elle, essentiellement verte avec quelques grandes feuilles, un radiateur blanc au-dessus duquel pendait une sorte d’ancien certificat de mĂ©rite ; puis, toujours derrière l’interviewĂ©, une porte de couleur crème avec une clĂ© insĂ©rĂ©e, probablement pour maintenir la porte fermĂ©e afin qu’elle ne dĂ©rangerait personne et Ă  cĂ´tĂ© de l’entrĂ©e, enfin, un petit meuble sur lequel une autre petite plante Ă©tait posĂ©e, avec très peu de feuilles vertes, peut-ĂŞtre vrai.

“Je dis… les autres devaient le faire aussi, pourquoi seulement moi ? C’est… je ne peux pas me reposer lĂ -dessus…”
dit Bertrand avec un fort accent napolitain et des mots déformés par le dialecte.

« Vous sentez-vous coupable de rester en vie ?
Demanda le journaliste assis en face de lui, vĂŞtu d’un costume gris, cravate sombre, avec des cheveux gris et une Ă©paisse barbe qu’on apercevait sous un masque blanc. Le regard de l’intervieweur Ă©tait Ă©galement inexpressif.

“Oui,. Depuis trente ans aaaeeee… tous les jours, toujours comme ça. J’ai de l’anxiĂ©tĂ©, je fais de la dĂ©pression…eeee… Je prends encore des mĂ©dicaments psychiatriques…”

Pendant ce temps, une troisième voix en arrière-plan parlait et les images de l’ancien hub pouvaient ĂŞtre vues Ă  l’antenne, lorsque, par cette malheureuse nuit de 1991, il a Ă©tĂ© obligĂ© de descendre du bateau de sauvetage et de monter dans l’ambulance :
– Il a survĂ©cu mais ne vit plus Alessio Bertrand, les fantĂ´mes du Moby Prince continuent de hanter le seul survivant. Le voici ce 10 avril il y a trente ans, ils l’ont juste sauvĂ©. Le jeune marin agite les bras et crie : Ă  bord du ferry il y a d’autres survivants… –

Et l’interviewĂ© sur RAI1 a continuĂ© Ă  parler avec plus de loquacitĂ©, comme si le courage de survie de cette mauvaise nuit avait soudainement renaĂ®t en lui :
“Allez, j’ai dit non, nous sommes lĂ , rĂ©cupĂ©rons quelqu’un d’autre. Pourtant, quand eemmm … avant de passer de l’ambulance au port, j’Ă©tais nerveux parce que j’ai dit aidons les autres, car il y a d’autres personnes. “
Encore la troisième voix en arrière-plan :
– Aujourd’hui encore, Bertrand ne peut pas dormir plus de trois heures par nuit. Avec la compensation, il a achetĂ© la maison oĂą il vit Ă  Ercolano avec sa femme et ses 2 enfants handicapĂ©s qu’il entretient avec sa pension d’invaliditĂ©. Ă€ l’Ă©poque, il Ă©tait un garçon de 23 ans, avait embarquĂ© Ă  bord du Moby Prince avec son oncle. Il n’a jamais Ă©tĂ© sur un bateau depuis lors.
L’ancien hub a continuĂ© Ă  raconter son aventure dramatique :
“On a entendu le rugissement, on est sortis… eeeee… on a fait des allers-retours, on ne savait pas oĂą il fallait aller. Puis je me suis accrochĂ© Ă  une main courante et j’ai attendu que quelqu’un arrive. Puis je me suis jetĂ© dans la mer et ensemble ils m’ont attrapĂ© deux amarres qui m’ont ensuite emmenĂ© sur le patrouilleur de la capitainerie. »

« Et trente ans plus tard, pensez-vous qu’on puisse encore arriver Ă  une vĂ©ritĂ© judiciaire ?
Le journaliste a demandé.

“S’ils enquĂŞtent tous oui oui, vous pouvez connaĂ®tre la vĂ©ritĂ©, pour moi, pour mes amis et pour mon oncle.”
Conclut le rescapé.

Le lendemain, dans une Ă©tude Ă  Ercolano , le haut-parleur d’un tĂ©lĂ©phone fixe a Ă©tĂ© entendu :
“Excusez-moi docteur, M. Focone est arrivĂ© pour le rendez-vous de 11 heures, vais-je le faire attendre ?”
“Oui Adele, envoie-le-moi dans environ 10 minutes, merci.”
La psychiatre a visionnĂ© la courte vidĂ©o de l’entretien de Bertrand sur son smartphone, publiĂ©e sur YouTube. Dès qu’il a fini de regarder le service, il s’est effondrĂ© et a appuyĂ© sur les touches du clavier de son ordinateur portable, pour ouvrir le dossier de son patient Alessio Bertrand, rappelant l’une de ses dernières sĂ©ances :
– Alors Monsieur Bertrand, ce serait bien pour vous, de pouvoir sortir de cette dĂ©pression dĂ©sormais chronique qui est la vĂ´tre, si vous pouviez socialiser une fois pour toutes avec les familles des victimes du Moby Prince, n’est-ce pas ? Participez et soutenez leur association ONLUS.
Que m’en dites-vous ? –

Et le psychiatre s’est souvenu que sa patiente avait fait une scène silencieuse et reniflĂ©.
Alors elle aussi s’est mise Ă  s’Ă©brouer en pensant Ă  ces sĂ©ances infructueuses et a continuĂ© Ă  surfer sur internet, toujours sur son smartphone. Il s’est connectĂ© Ă  Facebook et a regardĂ© le compte de Bertrand avec qui il n’avait aucune amitiĂ©, mais a pu voir combien d’amis il avait : environ 400 et très probablement, de nombreux parents, de vrais amis proches, ainsi qu’un journaliste de TV LA7 (Andrea Purgatori) qui avait l’a interviewĂ© en 2018. Le seul ONLUS suivi par son patient : “Associazione l’amico Speciale”.
La psychiatre a de nouveau baissé la tête et a appelé sa secrétaire pour voir M. Focone.

ALL LANGUAGES 👇

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=389654636499918&id=100063661542082

2 commenti

  1. Antonella Di Lauro ha detto:

    Perché in francese ?

    Piace a 1 persona

    1. carlobianchiorbis ha detto:

      Ahahaha… Comunque se hai Facebook puoi leggere in italiano… Basta cliccare sul link indicato. Oppure puoi andare su Wattpad

      "Mi piace"

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...