> CHAPITRE 4 < LE SURVIVANT

ALL LANGUAGES 👇

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=390987193033329&id=100063661542082

Le survivant était bien bronzé et cette fois complÚtement chauve. On pouvait clairement voir toute sa peau ambrée sur la nuque, son visage. Il portait une chemise bleue avec les manches retroussées au-dessus des coudes. Il était assis sur une chaise dans une piÚce qui se trouvait trÚs probablement dans son logement, puisque devant lui se trouvait un meuble Art Déco, avec des vitrines dans lesquelles se trouvaient des théiÚres sur une premiÚre étagÚre et divers verres sur la deuxiÚme étagÚre de présumé cristal. , car ils sont étincelants. Devant lui, il y avait aussi un jeune journaliste qui lui posait des questions.
La femme Ă©tait Ă©galement assise sur une chaise et se trouvait Ă  cinq pieds devant l’homme et avait une grande camĂ©ra sur un trĂ©pied Ă  sa gauche, Ă  moins d’une envergure de son bras. L’outil de bande vidĂ©o visait directement le visage de l’ancien hub.
Le regard de Bertrand Ă©tait toujours inexpressif mais cette fois plus alerte que d’habitude, car les questions de la belle journaliste brune, cheveux longs jusqu’aux Ă©paules, sobrement vĂȘtue d’un chemisier grenat et d’un jean clair, devenaient pressantes. Et, Ă  chaque question plus insistante, accompagnĂ©e du croisement des jambes de l’intervieweur, Bertrand montrait des signes Ă©vidents de gĂȘne, avalant de la salive et soulignant les mouvements de sa pomme d’Adam et mĂȘme plissant lĂ©gĂšrement les yeux.


L’interview faisait partie de la chronique “Reportage” diffusĂ©e sur RAI3 en 2021, consacrĂ©e Ă  la tragĂ©die de Moby Prince :

“… ce qui reste le plus grand mystĂšre,
que s’est-il passĂ©, pourquoi ce navire a-t-il heurtĂ© ce pĂ©trolier ? »
Le journaliste a demandé en déplaçant ses mains jointes de haut en bas.

“J’ai toujours dit la vĂ©ritĂ©, tout ce que j’ai vu, c’est ce que je suppose que j’ai vu lĂ -haut.”
L’interviewĂ© a dit, dĂ©formant toujours les mots avec le dialecte napolitain et aussi rapidement, de maniĂšre Ă  rendre le sens de la phrase presque incomprĂ©hensible.
Il a continué:
“J’ai entendu un bruit et nous avons Ă©tĂ© projetĂ©s contre la cloison devant.”

« Avez-vous été projeté à quelle distance ?
“Eeee 4 ou 5 mĂštres”
“Mais eee, parce qu’une chose, une bizarrerie qui a Ă©tĂ© remarquĂ©e, c’est qu’aucun corps n’a Ă©tĂ© meurtri, ooo tu ne t’es pas blessĂ© aussi, n’est-ce pas ?”
“Non, non, aprĂšs eee je me suis brĂ»lĂ©”

“J’ai rencontrĂ© le timonier ce soir-lĂ , Aniello lui a dit* ce qui s’est passĂ© ? Et il m’a dit qu’il y avait eee brouillard et qu’on est allĂ©s contre l’autre navire.”
“Mais tu n’as pas vu le brouillard…”
Bertrand rĂ©pondit d’un ton laconique :
“Non.”
“Parce que vous savez qu’en rĂ©alitĂ©, il semble que le brouillard n’Ă©tait pas lĂ . Alors c’est Ă©trange que le barreur vous ait dit qu’il y avait du brouillard.”
Le rescapĂ© fit une grimace incrĂ©dule, comme s’il ignorait que les derniers procĂšs avaient prouvĂ© qu’il n’y avait pas de brouillard en cette soirĂ©e tragique.

* Padula Aniello, 44 ans, marin barreur du Moby Prince.

Le gouvernail est l’organe qui, sur les navires, et en gĂ©nĂ©ral sur tout flotteur, est utilisĂ© pour produire les mouvements angulaires nĂ©cessaires pour les guider sur leur route.

Le timonier est un membre de l’Ă©quipage d’un bateau, chargĂ© de manƓuvrer le gouvernail.
Parmi les timoniers d’un navire, le timonier Ă  la manƓuvre est un poste de confiance occupĂ© par un timonier expert pour les manƓuvres d’entrĂ©e et de sortie des ports ou, plus gĂ©nĂ©ralement, pour la navigation dans des Ă©tendues de mer rendues dangereuses par la prĂ©sence de nombreux obstacles, contrairement Ă  un barreur normal communĂ©ment appelĂ© Ă  diriger en eau libre. La Convention internationale sur les normes de formation, d’habilitation et de veille des gens de mer exige qu’un barreur soit capable de comprendre et de rĂ©pondre aux ordres du gouvernail.

❀
– Nella nebbia –
“E guardai nella valle: era sparito
tutto! Sommerso! Era un gran mare piano
grigio, senz’onde, senza lidi, unito.
E c’era appena, qua e là, lo strano
vocio di gridi piccoli e selvaggi;
uccelli sparsi per quel mondo vano.
E alto, in cielo, scheletri di faggi,
come sospesi, e sogni di rovine
e di silenziosi eremitaggi.
E un cane uggiolava senza fine,
nĂš seppi donde, forse a certe peste
che sentii, nĂš lontane nĂ© vicine. (Giovanni Pascoli)”
❀


Agip Abruzzo transportait officiellement du pĂ©trole brut mais de grandes quantitĂ©s de naphta ont Ă©tĂ© trouvĂ©es dans la mer, un matĂ©riau complĂštement diffĂ©rent et beaucoup plus dense. Cette substance aurait-elle pu ĂȘtre perdue en mer par le pĂ©trolier ? Ou d’un autre bateau qui est passĂ© prĂšs d’Agip ? Par exemple, de cette barge fantĂŽme que l’opĂ©rateur radio Recanatini avait signalĂ©e Ă  l’AutoritĂ© portuaire, comme le bateau qui s’Ă©tait jetĂ© contre le pĂ©trolier, sans imaginer qu’il s’agissait en rĂ©alitĂ© du Moby Prince ?

@Nafta ou gasoil est un produit du raffinage du pĂ©trole, constituĂ© d’un mĂ©lange de paraffines (hydrocarbures saturĂ©s) de faible poids molĂ©culaire, avec une faible concentration en composĂ©s aromatiques.
Il est trĂšs volatil (SOUS RÉSERVE D’UNE ÉVAPORATION RAPIDE**) et inflammable. Le naphta est utilisĂ© dans de nombreuses industries humaines comme solvant, comme carburant et Ă  des fins industrielles.


@ DĂ©finition du brouillard : masse de gouttes d’eau microscopiques qui se forme prĂšs du sol et provoque une diminution de la visibilitĂ© Ă  des valeurs infĂ©rieures Ă  1 km.
La nature chimique, la taille et la concentration des noyaux dĂ©terminent la valeur d’humiditĂ© relative Ă  laquelle la vapeur d’eau atmosphĂ©rique commence Ă  se condenser. Dans les atmosphĂšres particuliĂšrement polluĂ©es, le brouillard peut se former mĂȘme avec une humiditĂ© relative de l’air trĂšs infĂ©rieure Ă  100 %.

** Nous connaissons tous les concepts et le phĂ©nomĂšne de la vapeur et du brouillard. Nous les ressentons aussi assez souvent, car nous sentons la vapeur dans nos cuisines lorsque nous chauffons l’eau. Le brouillard, quant Ă  lui, est un phĂ©nomĂšne naturel car l’eau se condense et s’accumule sous forme de petites gouttelettes qui ne tombent pas mais restent en suspension dans l’atmosphĂšre. Beaucoup de gens ont du mal Ă  faire la distinction entre la vapeur et le brouillard car ils se ressemblent.

EXTRAIT DU RAPPORT FINAL approuvĂ© par la Commission d’enquĂȘte parlementaire, en sĂ©ance du 22 dĂ©cembre 2017 communiquĂ© Ă  la PrĂ©sidence le 22 janvier 2018 :

“… En particulier, Paolo Thermes rapporte avoir vu le bac de l’AcadĂ©mie quitter le port lors d’une soirĂ©e claire et sereine suivant un parcours habituel et sans aucun signe d’anomalies. Il rapporte Ă©galement avoir Ă©tĂ© tĂ©moin, quelques instants aprĂšs cette observation, Ă  un phĂ©nomĂšne trĂšs Ă©trange sur l’Agip Abruzzo, le dernier navire au sud des quatre au mouillage, qui Ă©tait enveloppĂ© d’une sorte de nuage de vapeur blanchĂątre. Version Ă©galement confirmĂ©e par Olivieri.”

😏Une autre hypothĂšse suggestive qui aurait pu contribuer Ă  l’accident du Moby Prince est Ă  envisager concernant le ravitaillement des navires par soutage avec du carburant au mouillage et en mer.
Le soutage fait rĂ©fĂ©rence Ă  l’approvisionnement de grands navires – pĂ©troliers, paquebots et porte-conteneurs en carburant et en huile moteur. Le soutage est utilisĂ© pour assurer le mouvement des navires et d’autres besoins.
Le processus de soutage a lieu sur les riviĂšres, les lacs, les mers et les ocĂ©ans et peut se faire de diffĂ©rentes maniĂšres. Souvent, le ravitaillement en carburant est effectuĂ© en dĂ©placement et des navires de pĂȘche sont Ă©galement utilisĂ©s (des Ă©quipements hautement spĂ©cialisĂ©s y sont installĂ©s).
Lorsque le soutage est effectuĂ© au mouillage, il est effectuĂ© Ă  l’aide d’un pipeline spĂ©cial ou de pĂ©troliers.
PARFOIS L’AVITAILLEMENT EST EFFECTUE LORSQUE LES NAVIRES SONT AU MOUILLAGE, DANS CES CAS UN NAVIRE SPECIAL EST CONSIDERE COMME BASE.
La technologie du bunker a ses propres nuances. La marque et le type de carburant doivent ĂȘtre pris en considĂ©ration pour rĂ©gler la tempĂ©rature requise. Le carburant doit ĂȘtre Ă  dix degrĂ©s en dessous de la tempĂ©rature d’allumage. Pour respecter ces rĂšgles, l’Ă©quipement est Ă©quipĂ© d’outils supplĂ©mentaires pour contrĂŽler la tempĂ©rature du carburant transfĂ©rĂ© lors du soutage.

ALL LANGUAGES 👇

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=390987193033329&id=100063661542082

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...