> CHAPITRE 17 < LE SURVIVANT

ALL LANGUAGES 👇

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=407637078035007&id=100063661542082

Si quelqu’un parlait d'”Oktober”, il penserait à “Oktoberfest” – le célèbre festival de la bière en Allemagne. Mais peu penseraient ou connaîtraient l’histoire mystérieuse du bateau “21 Oktobar II” qui était présent au port de Livourne la nuit de la tragédie de Moby Prince.

Extrait d’un article du “Fatto Quotidiano” de Francesco Sanna du 9 avril 2014 :

“21 Oktobar II” était un bateau de pêche hauturière, offert par la coopération italienne à la société somalienne Shifco et qui a défrayé la chronique car il a été filmé par Ilaria Alpi et Miran Hrovatin en Somalie, lors d’un mouvement d’armes, plutôt que de poissons, quelques mois avant la catastrophe. Le bateau a été amarré à Calata Magnale dans le port de Livourne à partir du 15 mars 1991, officiellement pour des travaux d’entretien et y est resté jusqu’en juin 1991. Le témoignage de l’épouse d’un officier de la Capitaneria, résident, a suffi à alimenter le doute de son implication dans un immeuble face au quai, qui déclare n’avoir pas vu le bateau le soir du 10 avril puis le retrouve le lendemain matin devant la fenêtre.

Interrogée à nouveau sur l’affaire en 2010, la témoin a inversé les faits : le soir du 10 avril, elle avait cru voir les antennes du bateau de pêche puis ne l’avait pas retrouvé le lendemain matin. Pas très fiable ? Le deuxième témoignage clé de la thèse était celui offert en procès par le lieutenant de la Guardia di Finanza de l’époque en vigueur dans le département de l’aéronavale, Cesare Gentile. Gentile – qui est sorti dans la mer avec la moitié des flammes jaunes – a déclaré avoir vu dans la zone nord – donc en face de celle où il y a eu la collision – un “navire transportant des armes”. Cette déclaration a été interprétée par certains comme équivalant à “engagé à l’époque pour charger des armes”. Erreur. Gentile lui-même, entendu par les magistrats en novembre 2006, précise : “Depuis la veille j’ai vu que les péniches étaient à bord (avec des armes, ndlr)” alors il avait identifié ce navire comme étant “celui qui chargeait les armes”. Il avait l’habitude de les expédier, pas alors. Est-ce entièrement la faute du temps ? Vraisemblablement. “

De plus, si quelqu’un devait parler de “Teresa”, la chanson “Teresa” de Max Gazzè viendrait à l’esprit ou celle de Sergio Endrigo pour les fans de l’histoire de la musique. Mais peu viendraient à l’esprit ou connaîtraient toujours une autre histoire mystérieuse du bateau appelé “Teresa” également probablement présent au port de Livourne lors de la nuit tragique du Moby Prince.

Extrait d’un article du “Fatto Quotidiano” d’Enrico Fedrighini du 27 mars 2016 :

“Dans la soirée du 10 avril 1991, dans la rade de Livourne, une opération destinée à rester “couverte” est programmée, et qui implique un nombre inconnu de bateaux restés anonymes, dont la présence est détectée par radar et radiocommunications peu avant et immédiatement après la collision entre Moby Prince et Agip Abruzzo L’un de ces bateaux porte un nom de code : « Theresa ».
C’est un navire mystérieux qui sillonne les eaux de la haute Tyrrhénienne vers le port de Livourne. Aucun navire n’était attendu à Livourne ce soir-là, à cette heure-là, avec ce nom. Pourtant sa route est détectée par la station radar Enav de Valle Benedetta : il navigue vite et dangereusement, au point de provoquer des signalements répétés par radio des navires qui croisent sa route, risquant de se heurter.

Certains rapports récents avaient tenté de donner une identité à Teresa, supposant qu’il s’agissait du “Gallant II”, un navire militarisé américain au mouillage à Livourne. Mais ce n’est pas le cas : la documentation originale en notre possession (rapport du capitaine Theodossiu aux autorités portuaires de Livourne) confirme que le Gallant II est resté ancré sans interruption dans le port de Livourne du 17 mars 1991 jusqu’au soir du 10 avril 1991 lorsque, après la collision, s’éloigne du pétrolier en feu. La véritable identité de “Theresa” reste encore inconnue aujourd’hui.
Pourtant, d’importantes traces de “Theresa” sont restées sur les radars et les bandes radio. Il apparaît sur les pistes radar de Valle Benedetta vers 20 heures le 10 avril 1991 : c’est une cible clairement dirigée vers la zone portuaire de Livourne où la collision aura bientôt lieu, et est détectée par le radar précisément parce qu’elle se déplace très vite.

Et dangereusement. Vers 20 h 30, le commandant du bateau à moteur Nervi rencontre « Theresa » : il crie à la radio d’esquiver car ils sont sur une trajectoire de collision ; de « Theresa » une voix répond à contrecœur sur un ton agacé : « Je m’approche, je tourne… je tourne… » Près d’une heure plus tard, à 21h30, c’est au tour du navire militarisé « Margaret Likes » (qui a quitté le port de Livourne une demi-heure plus tôt) pour tomber sur “Theresa”. “Vous êtes en collision, nous sommes en collision !” ils crient à la radio de “Margareth Likes”. Rien, aucune manœuvre, pas même une réponse du mystérieux bateau. Au point que la “Margareth Likes” est obligée d’effectuer un brusque virage à 180° pour éviter une éventuelle collision.
Qui est à la barre du « Theresa » ? Qu’est-ce qui pousse ce bateau à moteur à suivre un parcours de navigation aussi risqué ? Soudain, à partir de 22h10, « Theresa » disparaît du radar : la cible est perdue près du port de Livourne, où elle ralentit et n’est donc plus détectable. Le silence radio est également total. Jusqu’à ce que, quelques minutes après la collision, la voix réapparaisse soudainement sur le canal d’urgence, cette même voix qui avait répondu à contrecœur à l’appel du bateau à moteur Nervi : “C’est Theresa, c’est Theresa au navire One au mouillage de Livourne : je Je déménage, je déménage, station de casse !”. “De Theresa, de Theresa à Nave Uno au mouillage dans le port de Livourne : je pars, je pars, encore et encore”.

Il n’attend aucune réponse à son message, il ne répète pas son appel. Il ne s’assure pas que la communication a bien été reçue. Il ferme les communications, ‘over and out’, communication sèche, sans retour. Il s’est passé quelque chose qui oblige ce mystérieux bateau à changer de programme, inversant brusquement sa route et s’éloignant rapidement du port : le « Moby Prince » vient de percuter le pétrolier « Agip Abruzzo », les deux navires sont en feu, les secours sont sur le chemin. “Theresa” n’intervient pas, n’aide pas, ne demande pas d’informations sur l’incident, ne se soucie pas d’aider ou de signaler ce qu’elle voit : elle quitte rapidement les eaux du port, disparaissant du port de Livourne. Où le mystérieux “Ship One” reste ancré.

ALL LANGUAGES 👇

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=407637078035007&id=100063661542082

3 commenti

  1. Angry Bird ha detto:

    Something wrong with you? 😂

    Piace a 1 persona

    1. carlobianchiorbis ha detto:

      😏😀

      "Mi piace"

    2. carlobianchiorbis ha detto:

      You are right. I’ve been wondering since I was born 😂😂😂

      "Mi piace"

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...